Pour ceux qui ne connaissent pas, “Sahraouiya” est un raid solidaire féminin, qui s’est déroulé pour la 4ème fois à Dakhla, au Maroc. Le raid est composé de 5 étapes : la course d’orientation (17 km.), Le kayak (6 km.), la course et le cyclisme (66 km.). Cette année, du 3 au 10 février, 70 femmes de différents pays ont participé au raid. Toutes ces femmes appartiennent à différentes organisations non gouvernementales dont l’objectif est de recueillir des fonds pour leurs associations.

« Sahraouiya » ce n’est pas seulement la promotion de Dakhla en tant que destination sportive, mais également l’aide à l’émancipation des femmes au travers d’activités sportives et solidaires. « Sahraouiya » souligne l’importance de soutenir des programmes qui encouragent les femmes et les filles dans le sport.

 

 

Cependant, il y a un groupe particulier de femmes qui nous a surpris et enthousiasmé à Dakhla : « les femmes sahraouies ». Salka Bouchama (44 ans) de Guelmin, est une femme saharaouie (elle vit dans le désert du Sahara).  Elle a 6 enfants et pèse 120 kg., elle n’a jamais pratiqué aucun sport dans sa vie et a terminé le raid Sahraouiya.

TR: Pourquoi avez-vous décidé de participer à ce raid ?

SB: Je n’ai jamais fait de sport dans ma vie alors je voulais voir ce dont j’étais capable de faire. J’ai donc emmené ma fille Wafa, âgée de 17 ans, pour former une équipe. Elle m’a aidé et soutenu dans les moments les plus durs du raid, je suis très contente de l’avoir eu tout le long à mes côtés.

 

 

TR : Que penses-tu des autres femmes qui ont participé à ce raid ?

SB : Au début j’étais choquée ! Elles étaient tellement en forme, préparées et elles se sont entraînées avant le raid. Les femmes sahraouies ne font pas beaucoup de sport donc pour moi le plus important était de terminer le raid, et je l’ai fait

 

 

TR: Qu’avez-vous appris de l’événement Sahraouiya?

SB: Nous étions les premières personnes de Guelmin à participer à cet événement. Je voulais être un exemple pour les autres femmes de ma région. Montrer que si nous voulons faire quelque chose, NOUS POUVONS LE FAIRE !

Je suis membre de l’association “Femme Wadnoun”, elle soutient les femmes qui ont des problèmes de divorce, de handicap ou qui ont besoin de toute sorte d’aide. Donc, j’ai participé à Sahraouiya pour soutenir mon association et montrer que nous pouvons faire ce que nous voulons de nos vies, TOUT EST POSSIBLE. En fait, c’était la première chose que j’ai apprise lors de l’événement, ainsi que l’amitié et la solidarité d’autres femmes venant du Maroc, d’Afrique et d’autres pays.

TR: Quel a été le moment le plus difficile de la course?

SB: Je pense que la course de nuit a été la partie la plus difficile du raid. J’ai perdu l’équilibre et je suis tombée sur la dune. Mais cela ne m’a pas empêché de finir la course de nuit.

 

 

TR: Quel a été le moment le plus marquant?

SB: Je ne sais pas nager et j’ai fait du kayak deux fois dans ma vie. Étonnamment, pendant la course de kayak, avec ma fille nous sommes arrivés 5ème.

TR: Comment tu te sens après le raid et qu’est-ce que tu emporteras comme souvenirs à la maison?

SB: Pour moi, je suis gagnante parce que j’ai terminé le raid. Toute la motivation qui émanait des autres participantes m’a aidé à ne pas abandonner et à terminer la course.

Suivez Sahraouiya sur Facebook et consultez leur site web.

Suivez Dakhla Attitude sur Facebook et Instagram.

Utilisation non autorisée, traduction et / ou duplication de ce matériel, y compris mais sans s’y limiter: photographies; vidéos; contenu écrit; logos, sans autorisation expresse et écrite de l’auteur et propriétaire de ce site est strictement interdite.

Share This